uqac.ca

web

7798

Baccalauréat en travail social

Responsable : Dominic Bizot
Regroupement de programmes : Unité d'enseignement en travail social
Secrétariat : (418) 545-5011, poste 5272
Grade : Bachelier en travail social
Bibliothécaire : Sylvie Poulin (Sciences humaines et sociales)

Tiré à part incluant la description des cours

Contexte de formation

Présentation du programme

Le Baccalauréat en travail social vise à former des professionnelles (1) qui seront capables d'Å“uvrer dans tous les domaines du travail social. Elles devront pouvoir contribuer au projet de changement social de leur milieu et être à la hauteur des défis actuels. Le Baccalauréat en travail social favorise à la fois l'acquisition d'une capacité d'analyse et d'une capacité d'intervention, et les stages sont l'occasion de les mettre en pratique et d'intégrer les compétences inhérentes à la pratique professionnelle (Référentiel des compétences, OTSTCFQ, 2012).

L'Unité d'enseignement entretient des collaborations avec l'Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec (OTSTCFQ) et sa section régionale de façon à s'ajuster constamment aux nouveaux enjeux et normes de la pratique ainsi qu'à contribuer à l'évolution de la profession du travail social.

Par ailleurs, conscient de la nécessité d'une ouverture sur le monde, le programme permet une mobilité professionnelle nord-américaine grâce à son agrément par l'Association canadienne pour la formation en travail social (ACFTS). L'Unité d'enseignement en travail social collabore également avec Québec-Canada-AIFRIS (Association internationale francophone pour la recherche en intervention sociale) afin de permettre à des étudiantes inscrites au baccalauréat d'aller réaliser des échanges dans les pays francophones de l'Europe.

Le programme a pour but d'assurer l'acquisition de connaissances et des compétences de base essentielles pour toutes les étudiantes en travail social dans une démarche de pratique réflexive. De plus, les cours permettent aux étudiantes de bien comprendre la complémentarité des approches individuelles, familiales, de groupes et collectives pour favoriser la construction et le développement d'une solide identité professionnelle basée sur la polyvalence et la compétence.

(1) L'utilisation du féminin uniquement pour désigner des personnes a comme unique but d'alléger le texte et désigne sans discrimination les individus des deux sexes.

Objectifs

Le programme de Baccalauréat en travail social a pour objectif de favoriser la formation de travailleuses sociales compétentes, réflexives et critiques qui, dans une perspective de changement social, axent leurs analyses et leurs interventions sur l'interaction fondamentale entre l'individu, les familles, les groupes, les collectivités et les structures sociales.

L'ensemble des cours se fonde sur les droits et les devoirs fondamentaux de la personne dans son environnement social tout en faisant la promotion de la justice sociale et économique, en s'intéressant aux sources structurelles des inégalités et en s'efforçant de mettre fin aux situations qui restreignent les droits et libertés de la personne. Ce programme reconnaît l'importance et la complexité de la société québécoise et canadienne et est sensible à la dynamique des relations entre les populations anglophone, francophone, autochtone et immigrante.

Plus spécifiquement, par des contenus d'enseignement intégrés et une pédagogie diversifiée, tout en tenant compte du référentiel des compétences des travailleurs sociaux, le programme vise à:

  • saisir les particularités et la dynamique du fonctionnement des individus, des familles, des groupes et des collectivités, et de leur rapport avec leur environnement social;
  • développer les capacités des étudiantes à identifier et à analyser les problématiques sociales contemporaines ainsi que les multiples facettes de l'oppression qui limitent le développement des personnes, des familles, des groupes et des collectivités;
  • habiliter les étudiantes à intervenir auprès des individus, des familles, des groupes et des collectivités dans leurs efforts de prise en charge de leur destinée;
  • connaître les différents programmes, les politiques, les législations qui participent ou qui freinent le développement individuel et social des individus, des familles, des groupes ou des collectivités;
  • connaître les différents lieux d'intervention et les diverses fonctions de la pratique en travail social;
  • développer un savoir-être professionnel et les attitudes nécessaires en situation d'intervention auprès d'individus, de familles, de groupes ou de collectivités aux caractéristiques sociodémographiques et ethniques diverses plus spécifiquement des populations autochtones et des communautés francophones hors Québec;
  • développer les capacités d'analyse et d'intervention en regard des réseaux et des mouvements sociaux dans une perspective d'intégration et de changement social.
  • Note :

    Pour être admises à l'Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec, les étudiantes doivent répondre aux exigences de celui-ci.

    Conditions d'admission

    Base Études collégiales (DEC)

    Être titulaire d'un diplôme d'études collégiales (DEC) ou l'équivalent;

    ou

    Base Préparation suffisante

    Posséder des connaissances appropriées(1) et une expérience jugée pertinente(2);

    ou

    Base Études universitaires

    Avoir réussi un minimum de quinze (15) crédits de niveau universitaire avec une moyenne cumulative d'au moins 2,3/4,3.

    (1) Connaissances appropriées: Diplôme d'études secondaires (DES) ou l'équivalent.

    (2) Expérience pertinente: expérience rémunérée ou bénévole en lien avec le travail social. Cette expérience doit être d'une durée équivalente à deux ans à temps complet dans un organisme privé, communautaire ou public.

    Contingentement et critères de sélection pour l'année 2017-2018

    La date limite pour présenter une demande d'admission est le 1er mars. Seuls les dossiers complets seront considérés.

    Nombre maximal autorisé d'étudiants inscrits: 50

    • 38 places sur base Études collégiales;
    • 2 places sur base Préparation suffisante;
    • 10 places sur base Études universitaires.

    Notes:

    Les places non comblées au 1er mars à partir d'une base d'admission seront transférées dans une autre base.

    Le cas échéant, une liste d'attente des candidatures retenues au 1er mars sera constituée et des offres d'admission seront faites au fur et à mesure des désistements en vue d'atteindre le nombre visé d'étudiants inscrits.

    Critères de sélection et pondération

    (sur un total de 100)

    Ces critères servent à classer au mérite les candidatures admissibles; ils ne doivent pas correspondre à des conditions d'admission additionnelles, ni constituer un motif de refus.

    Base ÉTUDES COLLÉGIALES

    • Cote de rendement au collégial (100 points).

    Base PRÉPARATION SUFFISANTE

    • Les relevés de notes des études antérieures (10 points);
    • Un curriculum vitae faisant état des expériences de travail connexes au domaine d'études et accompagné des attestations pertinentes (90 points);
    • Entrevue au besoin.

    Base ÉTUDES UNIVERSITAIRES

    • Étude du dossier scolaire (30 points);
    • Moyenne cumulative (70 points).

    Maîtrise du français

    Les personnes postulant pour le grade de bachelier doivent faire la preuve qu'elles possèdent une maîtrise suffisante du français. La réussite à l'épreuve ou au test administré par le ministère de l'Éducation du Québec aux finissants de collège constitue la preuve d'une telle maîtrise. Lorsque les circonstances l'exigent, l'établissement peut utiliser un test équivalent quant au contenu et aux standards de correction.

    Règlement relatif à la qualité du français chez les étudiants dont la langue maternelle est autre que le français.

    Tout étudiant admis à partir du trimestre d'hiver 2013, dont la langue maternelle est autre que le français, est tenu de se soumettre au test identifié par l'UQAC pour évaluer ses compétences en français. L'étudiant doit atteindre le résultat exigé avant d'entreprendre son programme d'études. Les modalités relatives à ce test sont définies dans la Procédure relative à l'évaluation de la qualité du français écrit chez les étudiants lors de l'admission à un programme de premier cycle.

    Règles administratives

    L'admission des étudiantes se fait aux trimestres d'automne seulement.

    Le programme d'études est offert à temps complet et à temps partiel.

    Règlements pédagogiques particuliers

    Le cours Stage d'initiation à l'intervention sociale et identité professionnelle sera l'occasion d'une première évaluation de la présence chez l'étudiante des attitudes et du savoir-être nécessaires à la pratique de la profession du travail social. Les étudiantes identifiées par la professeure comme ayant des lacunes majeures en ce qui a trait aux attitudes devront déterminer à l'intérieur d'un plan d'action et mettre en application des moyens concrets permettant de remédier aux difficultés constatées. Cette démarche sera réalisée sous la supervision de la professeure responsable de la formation pratique qui rencontrera l'étudiante une fois par trimestre. L'étudiante n'ayant pas atteint les objectifs de son plan d'action au moment de son placement en stage pourra se voir refuser le droit de s'inscrire au cours Stage I.

    Les étudiantes ayant cumulé 300 heures de bénévolat ou de travail rémunéré en intervention sociale dans un organisme reconnu par l'UETS pourront remplir un portfolio attestant leur expérience d'intervention sociale. Suite à l'étude de ce portfolio, les étudiantes pourront être dispensées d'effectuer les 72 heures de stage requises dans le cours. Elles devront toutefois assister aux séminaires en classe, puisque ceux-ci seront fortement axés sur le développement du savoir-être et la construction de l'identité professionnel, aspects qui ne sont pas couverts dans les autres cours du programme. Pour s'inscrire au cours Stage I, l'étudiante doit avoir réussi soixante (60) crédits du programme et avoir maintenu une moyenne cumulative d'au moins 2,5/4,3.

    Pour s'inscrire au cours Stage II, l'étudiante doit avoir réussi soixante-quinze (75) crédits du programme, dont douze (12) crédits de stage.

    Pour être admissible à la reconnaissance du Stage I, l'étudiante devra avoir suivi un minimum de huit cours du Baccalauréat en travail social et avoir obtenu une moyenne de 3,0/4,3 lors de la demande d'équivalence.

    Une expérience professionnelle peut être reconnue en équivalence pour le Stage I s'il s'agit d'une expérience de trois ans cumulatifs équivalent à 4800 heures (dont un minimum de trois mois à plein temps) dans le champ du travail social et n'ayant pas servi préalablement comme base d'admission. Une étudiante ayant été admise sur la base de l'expérience pertinente devra, pour sa part, avoir un minimum de cinq ans d'expérience équivalent à 8000 heures (minimum de six mois à temps plein, dont trois mois dans le même organisme).

    Règlement relatif au placement en stage

    Lorsque la direction de l'Unité d'enseignement est informée par l'une des actrices de l'encadrement des étudiantes de situations vécues pouvant compromettre le placement en stage d'une étudiante, elle convoque les personnes concernées, soit la responsable de la formation pratique et l'agente de stage, pour statuer avec elles sur l'orientation académique à prendre. Les difficultés présentées par l'étudiante et susceptibles de faire l'objet d'une révision de la procédure de placement en stage peuvent être de nature comportementale ou académique. Si les trois personnes sont unanimes quant à l'inaptitude de l'étudiante à poursuivre sa formation, la direction de l'Unité d'enseignement en avise l'étudiante par écrit en précisant les motifs de la décision et, le cas échéant, lui stipulant des recommandations qui pourraient lui permettre de poursuivre sa formation.

    L'étudiante peut contester la décision prise à son égard en justifiant ses motifs. Pour ce faire, elle doit faire parvenir une lettre à la direction de l'Unité d'enseignement qui devra alors convoquer le Comité de formation pratique dans les trente jours pour évaluer la situation et rendre une décision. L'étudiante qui en fait la demande a le droit d'être entendue par ledit comité accompagnée par une personne de son choix.

    La décision d'être placée ou non en stage doit faire l'objet d'un consensus au sein du Comité de formation pratique. S'il n'y a pas consensus, l'agente de stage doit placer l'étudiante en stage. Dans le cas où le consensus est obtenu, le comité peut faire trois types de recommandations :

    A) Placer cette étudiante en stage et formuler, s'il y a lieu, des conditions de stage qu'il considère appropriées dans les circonstances;

    B) Impossibilité de placer cette étudiante en stage, dans un milieu de pratique, dans le cadre du Baccalauréat en travail social de l'UQAC. Cette décision entraîne l'exclusion définitive de l'étudiante du programme. Le Comité de formation pratique recommande au Conseil d'unité d'enseignement en travail social l'exclusion de l'étudiante du programme. Le Conseil d'unité en saisit la Commission des études qui fait une recommandation au Conseil d'administration, lequel prend la décision finale;

    C) Suspension temporaire de l'étudiante du programme avec possibilité d'être placée en stage l'année suivante moyennant le respect de certaines conditions liées à l'évaluation de la situation de l'étudiante. Ces conditions sont fixées par un comité restreint formé de la directrice de l'Unité d'enseignement, de la professeure responsable de la formation pratique et de l'agente de stage. Pour avoir accès à un stage, l'étudiante devra rencontrer le comité restreint lors du trimestre d'hiver précédant le début des stages et devra faire la démonstration que sa situation s'est suffisamment améliorée pour lui permettre d'accéder à un stage. À la suite de cette rencontre, le comité restreint pourra par une décision consensuelle:

    • recommander au Conseil d'unité d'offrir un stage à l'étudiante et formuler, s'il y a lieu, des conditions de stage qu'il considère appropriées selon les circonstances;
    • recommander l'exclusion définitive de l'étudiante du programme au Conseil d'unité d'enseignement en travail social.

    Le Conseil d'unité en informe la Commission des Études qui fait une recommandation au Conseil d'administration, lequel prend la décision finale.

    Politique de stages en milieu de travail

    L'Unité d'enseignement en travail social (UETS) autorise une étudiante à réaliser son stage dans son milieu de travail sous réserve des conditions suivantes:

    1. L'étudiante doit détenir un emploi dans une organisation qui répond à nos critères pour être désigné en tant que milieu de stage.

    2. L'étudiante doit obtenir une attestation écrite de son employeur qui consent à l'accueillir en stage. Dans le cadre de cette attestation, l'employeur doit accepter la politique de stage et s'engager auprès de l'UETS à dégager(1) son employée afin que celle-ci puisse réaliser son stage. Ce document doit être remis à la coordonnatrice-agente de stage : a) au moment de l'admission au programme pour les étudiantes des cohortes hors campus ou b) lors du placement en stage, pour les étudiantes de Chicoutimi.

    3. L'étudiante doit demander à la coordonnatrice-agente de stage de l'UETS une autorisation d'effectuer son stage dans son milieu d'emploi. Cette demande, au cours de laquelle l'étudiante doit justifier les raisons, la pertinence et la faisabilité du stage, doit s'effectuer trois mois avant le début du stage. L'étudiante devra aussi joindre à sa demande l'ensemble des documents exigés par la coordonnatrice-agente de stage(2).

    4. Le projet de stage doit répondre aux exigences et aux attentes de l'UETS telles que définies dans les politiques de stage. L'étudiante-stagiaire doit, dans le cadre de son stage, accomplir des activités différentes de celles que lui a confiées son employeur et qui sont précisées à sa définition de tâches. Veuillez vous référer au point 4.1 ou 4.2 selon votre situation:

      4.1 Étudiante à l'emploi depuis PLUS de six mois(3) dans son poste au moment de débuter le stage.

      4.1.1 L'étudiante devra réaliser son stage dans un autre programme, un autre département ou auprès d'une autre clientèle.

      4.1.2 Si pour différentes raisons (ex.: l'organisme intervient auprès d'une seule clientèle et toutes les intervenantes ont la même définition de tâches) la structure organisationnelle ne permet pas de répondre à la condition au point 4.1.1, l'une des options consiste à développer de nouvelles avenues d'intervention pour la réalisation du stage (ex.: démarrage d'un projet auprès d'une nouvelle clientèle, création d'un groupe d'intervention)(4). Dans ces situations, une entente spécifique devra être négociée et signée entre l'étudiante, l'employeur et la coordonnatrice-agente de stage.

      4.1.3 Si les conditions indiquées aux points 4.1.1 et 4.1.2 ne peuvent être remplies, le stage se déroulera dans un autre milieu d'intervention.

      4.2 Étudiante à l'emploi depuis MOINS de six mois dans son poste au moment de débuter le stage(5).

      4.2.1 Le stage peut se dérouler dans le programme ou le département dans lequel l'étudiante détient un emploi. Cependant, il est possible que de nouvelles activités d'apprentissage soient ajoutées pour atteindre les objectifs d'un stage en travail social. Dans ce cas, une entente particulière sera élaborée entre la coordonnatrice-agente de stage, l'étudiante et l'employeur afin de préciser la nature de ces ajouts.

    5. Les 420 heures de stage doivent être réalisées à l'intérieur des heures ouvrables de l'organisation (du lundi au vendredi), sauf s'il y a une entente différente approuvée par la superviseure et la professeure de stage. Sont comprises à l'intérieur de ces heures, outre le stage en lui-même, les supervisions et les séminaires de stage.

    6. La présence de l'étudiante est obligatoire lors des activités de préparation au stage, des séminaires de stage et des rencontres collectives.

    7. La supervision d'un stage en milieu de travail doit être assurée par un superviseur extérieur à son lieu de travail ou à son service immédiat. En aucun cas, un ami, un parent, un supérieur ou un collègue impliqué dans des dossiers communs ne peut assurer la supervision, et ce, afin d'assurer la neutralité et d'éviter tout conflit d'intérêt dans le cadre de la réalisation et de l'évaluation du stage.

    8. Lorsqu'une étudiante est embauchée par l'organisation au sein de laquelle elle réalise ses stages, elle doit en aviser sa professeure de stage et la coordonnatrice-agente de stage dans les plus brefs délais. Dès lors, des aménagements pourront être effectués si cela s'avère nécessaire. Veuillez cependant prendre note que les exigences à l'égard du stage demeureront les mêmes.

    9. Toutes les ententes particulières concernant le déroulement des stages doivent impliquer l'étudiante, l'employeur et l'UETS. Si cette condition n'est pas remplie, l'entente ne peut être valide.

    (1) Le dégagement peut signifier un stage rémunéré, un congé sans solde, un horaire de travail à temps partiel pour permettre la réalisation du stage, etc. L'octroi ou non d'une rémunération en cours de stage relève de la responsabilité de l'employeur concerné et non de l'UQAC.

    (2) Cette clause concerne uniquement les étudiantes de Chicoutimi.

    (3) L'expérience de travail au cours des six mois peut avoir été réalisée à temps partiel ou à temps plein. Elle doit cependant totaliser un minimum de 500 heures de travail.

    (4) Si votre stage I a été reconnu, les nouvelles avenues d'intervention pour le stage II, devront être en lien avec la majeure d'intervention pour laquelle vous avez obtenu une reconnaissance.

    (5) Pour que cette clause soit valide, les personnes ne doivent pas avoir occupé ce poste dans le passé.

    Règlement pédagogique concernant la reprise d'un stage au premier cycle

    (Applicable aux étudiants admis à partir du trimestre d'automne 2006).

    Conformément à l'article 106 du Règlement général 2 « Les études de premier cycle », l'étudiant qui échoue à un stage en raison d'un échec aux objectifs d'apprentissage doit reprendre ce stage, dans la mesure du possible, l'année qui suit cet échec. L'étudiant qui échoue à un stage à cause d'un comportement insatisfaisant, d'une attitude ou d'une habilité professionnelle insatisfaisante, autre que celles relatives aux objectifs d'apprentissage, doit, au cours de la reprise de ce stage, démontrer qu'il s'est amélioré suffisamment pour répondre aux exigences du programme. Nonobstant la procédure relative à la progression et à l'évaluation de l'étudiant dans un programme : durée des études, échec à un cours obligatoire, moyenne cumulative et restrictions, un échec à la reprise du stage entraîne l'exclusion du programme. Dans ce cas, l'exclusion est prononcée par le Bureau du registraire.

    Lorsqu'un étudiant est exclu par son milieu de stage, un échec sera porté à son bulletin.

    Dans le cas où l'étudiant présente des comportements dysfonctionnels, le directeur du module concerné, en collaboration avec le doyen des études de premier cycle, élabore un dossier détaillant les événements, lequel dossier est soumis pour traitement au Comité de sécurité dans le cadre de la Politique relative à la sécurité des membres de la communauté universitaire sur le campus. Si la situation l'exige, des mesures temporaires pourront être mises en place par les gestionnaires afin d'assurer la sécurité. Le Comité de sécurité pourra, soit prolonger les mesures temporaires, soit imposer des mesures permanentes qui pourront aller jusqu'à l'exclusion définitive de l'UQAC, ladite exclusion devant être prononcée par le Conseil d'administration.

    Dans les cas où l'étudiant a un comportement déviant/menaçant pour la sécurité des personnes et des biens et pouvant présenter un caractère dangereux, le dossier est référé immédiatement au Comité de sécurité qui verra à prendre les mesures qui s'imposent, lesquelles pourront aller jusqu'à l'exclusion définitive de l'UQAC, ladite exclusion devant être prononcée par le Conseil d'administration.

    Enfin, l'étudiant ne pourra abandonner sans raison majeure plus de deux fois consécutives une activité de formation pratique sans mention d'échec et, conséquemment, ne pourra s'inscrire à une autre activité de formation pratique prévue à un autre trimestre.

    Reconnaissance des acquis

    Nonobstant la Procédure relative à la reconnaissance des acquis et des compétences, les particularités suivantes s'appliqueront pour les demandes de reconnaissance des acquis en travail social:

    Formation collégiale

    En vertu de l'article 87 du Régime des études, les finissantes des programmes de cégep de type technique (en travail social) peuvent se faire reconnaître jusqu'à cinq cours en équivalence, à la condition d'avoir conservé, pour les cours de niveau collégial correspondants, une moyenne personnelle supérieure à celle du groupe-cours.

    Formation universitaire

    Les cours universitaires peuvent être reconnus en fonction des critères suivants:

    • Au moins 80% du contenu du cours suivi doit être équivalent au cours demandé;
    • Le résultat obtenu pour le cours suivi doit être égal ou supérieur à « C » pour les programmes de premier cycle et à « B- » pour les programmes de deuxième cycle;
    • Le cours doit avoir été suivi depuis 5 ans ou moins.

    Expérience professionnelle

    L'expérience professionnelle acquise sur le marché du travail peut justifier une demande d'équivalence dans notre programme pour le Stage I.

    Il faut toutefois noter que le Stage II ne sera jamais donné en équivalence peu importe l'expérience professionnelle. En effet, les objectifs de ce dernier doivent permettre de vérifier systématiquement les acquis du premier stage ou de l'expérience de travail (si le stage est crédité), d'approfondir et de consolider les éléments insatisfaisants et de développer ses capacités d'analyse face à ses interventions.

    Pour être admissible à la reconnaissance du Stage I, l'étudiante devra avoir suivi un minimum de huit cours du Baccalauréat en travail social et avoir obtenu une moyenne de 3,0/4,3 lors de la demande d'équivalence.

    Une expérience professionnelle peut être reconnue en équivalence pour le Stage I s'il s'agit d'une expérience de trois ans cumulatifs équivalent à 4800 heures (dont un minimum de trois mois à plein temps) dans le champ du travail social et n'ayant pas servi préalablement comme base d'admission. Une étudiante ayant été admise sur la base de l'expérience pertinente devra, pour sa part, avoir un minimum de cinq ans d'expérience équivalent à 8000 heures (minimum de six mois à temps plein, dont trois mois dans le même organisme).

    Pour être recevable, cette expérience doit répondre aux critères suivants :

    1. Elle doit consister en une pratique systématique d'intervention auprès des individus, de petits groupes et des communautés, réalisée dans le réseau de la santé et des services sociaux, des groupes communautaires et syndicaux;
    2. Elle doit avoir permis d'appliquer le processus global d'intervention sociale, tel que défini dans les objectifs des stages en travail social;
    3. Elle doit avoir fait l'objet d'un encadrement dynamique permettant l'acquisition de connaissances en rapport avec l'intervention sociale et l'analyse critique de l'intervention;
    4. Elle doit être formellement attestée par l'organisme, moyennant une lettre portant l'en-tête de cet organisme et accompagnée du formulaire précisant la nature, la durée, la forme d'encadrement et le mode d'évaluation de l'expérience.

    En se référant aux objectifs du Stage I, l'étudiante devra démontrer clairement en quoi son expérience lui a permis d'acquérir le savoir, le savoir-être, les habiletés prévus et spécifier dans quelle majeure son intervention s'est déroulée. L'étudiante devra compléter le Guide pour présentation du portfolio - reconnaissance d'expérience professionnelle afin de présenter sa demande de reconnaissance des acquis.

    Le processus à suivre :

    1. Présenter son portfolio avant le 1er février à la professeure responsable de la formation pratique. Celle-ci évaluera si les documents produits répondent aux exigences de l'établissement;
    2. Si le dossier est jugé recevable par la professeure responsable de la formation pratique, l'étudiante sera convoquée à une entrevue individuelle par un comité d'évaluation de la reconnaissance d'expérience professionnelle (professeure de la formation pratique, agente de stage et une personne nommée par l'équipe);
    3. La professeure responsable de la formation pratique communiquera la décision du comité à l'étudiante et Bureau du registraire.

    Perspectives professionnelles

    La travailleuse sociale peut travailler pour les services gouvernementaux, les organismes nationaux de développement et de planification, les centres de jeunesse, les centres de réadaptation, les centres hospitaliers de soins de longue durée, les organismes communautaires, les centres locaux de services communautaires, les écoles et les centres hospitaliers. La tâche principale de la travailleuse sociale est de chercher à assurer ou améliorer le bien-être autant individuel que collectif.

    Perspectives d'études de cycles supérieurs

    Les bachelières en travail social ont accès à la Maîtrise en travail social de l'Université du Québec en Outaouais, donnée par extension à l'UQAC, ainsi qu'à la Maîtrise en études et interventions régionales de l'Institution. Elles ont également accès aux programmes de maîtrise et de doctorat des autres universités.

    Structure du programme

    Ce programme comprend quatre-vingt-dix (90) crédits répartis comme suit(*):

    • 23 cours obligatoires (87 crédits);
    • 1 cours d'enrichissement (3 crédits).

    (*) Les cours entre parenthèses sont préalables.

    Plan de formation

    COURS OBLIGATOIRES

    Les vingt-sept cours suivants (quatre-vingt-sept crédits)

    4SVS204Cours offert bientôt! Éthique et déontologie en travail social
    4SVS211Cours offert bientôt! Analyse des mouvements sociaux: théories et pratiques
    4SVS215Cours offert bientôt! Politiques sociales et citoyenneté
    4SVS216Cours offert bientôt! Développement humain et environnement social
    4SVS218Cours offert bientôt! Groupes communautaires et groupes de femmes: enjeux et pratiques
    4SVS220Cours offert bientôt! Analyse des problèmes sociaux
    4SVS221Cours offert bientôt! Intervention en contexte de crise et d'urgence sociale
    4SVS222Cours offert bientôt! Fondements, approches et théories en travail social
    4SVS223Cours offert bientôt! Introduction au travail social
    4SVS224Cours offert bientôt! Stage d'initiation à l'intervention sociale et identité professionnelle
    4SVS225Cours offert bientôt! Intervention auprès des groupes en travail social
    4SVS226Cours offert bientôt! Intervention sociale auprès des enfants et des adolescents
    4SVS227Cours offert bientôt! Déviance sociale et dépendance
    4SVS228Cours offert bientôt! Intervention auprès des individus en travail social (4SVS222)
    4SVS229Cours offert bientôt! Intervention auprès des familles en travail social (4SVS228)
    4SVS231Cours offert bientôt! Travail social: rapports de sexe et rapports de genre
    4SVS232Cours offert bientôt! Intervention en gérontologie et en situation d'incapacité (4SVS222)
    4SVS234Cours offert bientôt! Intervention collective en travail social
    4SVS235Cours offert bientôt! Recherche en travail social
    4SVS236Cours offert bientôt! Travail social et santé mentale (4SVS216)
    4SVS242Cours offert bientôt! Intervention interculturelle en travail social (4SVS222)
    4SVS313Cours offert bientôt! Stage I 12.0 cr. (4SVS224)
    4SVS315Cours offert bientôt! Stage II 12.0 cr. (4SVS313)

    COURS D'ENRICHISSEMENT

    Un cours d'enrichissement (trois crédits)


    (10/2016)
À propos du site Web institutionnel - © UQAC 2017. Tous droits réservés.